Accueil

Accueil

N° 25 Printemps Été 2017

Amies lectrices, amis lecteurs,

Ce numéro de printemps de Bouddhisme au Féminin nous donne la joie de célébrer Lama Rinchen Palmo, une française qui a fait de longues retraites à Holy Island, en Écosse, et qui réside désormais principalement en Belgique. Elle répond à notre interrogation : Pourquoi des retraites ? Edith Hope témoigne justement d’une retraite de quatre ans à Holy Island.
sanya-chine-visage-de-guan-yin-bouddha-15089111Dans la tradition Théravada, Marie Christine Forget, de Belgique également, raconte comment sa passion pour la peinture l’a mené à la méditation et au bouddhisme.

Michèle Michael répond à Bouddhisme au féminin sur ses Voyages en Pays d’Eveil et de Sainteté.
Avec humour, Jeanne Schut interroge Dipa Ma sur notre désir d’apaiser l’esprit.
Joshin Sensei nous invite à la démarche du « s’asseoir ensemble ».
L’enseignement de soeur Giac du Village des Pruniers nous interpelle : comment se comporter quand la mort nous frôle ?
Lama Wangmo nous explique comment pratiquer là où nous sommes, et nous convie à trouver « un diamant dans la poche ».
Patricia Rovere pratique la voie de l’art sacré japonais : les Jizôs, bouddhas protecteurs.

Les élections sont le moment des promesses irréalistes, des scandales et des réactions irrationnelles. Chausser les lunettes de la discrimination nous a semblé un thème intéressant en ces temps troublés. Et pour illustrer ce thème, Simone Weil est une femme remarquable qui a su faire preuve d’une discrimination exemplaire tout au long de sa courte vie.
La question aux enseignantes évoquera aussi la discrimination entre acceptation et résignation face à la maladie.

Comment concilier engagement spirituel et activisme ? C’est sur cette problématique tout à fait actuelle que  Sharon Salzberg et la révérende Angel Kyodo échangent. Travailler sur la notion de séparation d’avec l’autre, telle est la proposition de Margaret Coberly.

La quinzième réunion internationale des Sakyadhita aura lieu à Hong Kong du 22 au 28 juin 2017. Après tant d’années de tergiversation, les choses bougent enfin pour l’ordination des nonnes tibétaines. Dans la tradition Kagyu, le 17ème Karmapa préside aux premières ordinations féminines. Et, pour la seconde fois depuis 2011, des nonnes tibétaines obtiennent le diplôme de geshema qui était auparavant l’apanage exclusif des moines.
Cependant, en Thaïlande, dans la tradition Théravada,les bikkhunis sont loin d’être acceptées par les autorités monastiques masculines.

Pour finir,  quelques livres et, à découvrir un docu-film bouleversant, d’une tragédie transformée en croissance spirituelle.

Vous êtes de plus en plus nombreuses (et nombreux)  à lire ce magazine et à y collaborer, nous nous en réjouissons.

Bonne lecture,

La rédaction