Lama Rinchen Palmo

Lama Rinchen Palmo

PARTAGER

Lama Rinchen Palmo réside principalement au centre Kagyu Samye Ling Belgium dont elle assure la direction spirituelle. Son cheminement spirituel l’a d’abord conduit à Holy Isle, en Ecosse comme elle l’explique elle-même ci-dessous :

C’est par le Bouddhisme Zen que Lama Rinchen a tout d’abord découvert à l’adolescence les enseignements du Bouddha et c’est à la suite d’un voyage fortuit en Ecosse et un séjour prolongé à Samye Ling en 1972  qu’elle prend refuge dans le Bouddhisme Tibétain avec Kalu Rinpoche en 1974.

Entre Paris et Samye Ling, dans les années qui suivirent, les visites répétées de grands maîtres tels que le 16ème Gylawang Karmapa, Kalu Rimpoche, Thrangu Rimpoche, Situ Rimpoche, Dudjom Rimpoche, Dilgo Kyentsé Rimpoche, apportèrent une extraordinaire inspiration et une abondance d’enseignements.

En 1989, à  l’âge de 40 ans, après deux courtes retraites à Namo Bouddha et à Samye ling,  Lama Rinchen entreprit, sur le conseil d’Akong Rimpoche, une retraite traditionnelle de quatre ans suivie d’une deuxième de trois ans sur la colline de ‘Pure Land’ près du monastère de Samye Ling en Ecosse. Les retraitant.e.s y eurent le grand privilège d’y recevoir initiations et instructions de Thrangu Rimpoche et de Tai Situ Rimpoche ainsi que l’assistance éclairée de Lama Yeshe Losal et les visites ponctuelles d’Akong Rimpoche  durant toute cette période. Au cours de toutes ces années où Akong Rinpoché fut son guide, jamais, Lama Rinchen Palmo ne vit pas l’ombre même d’une discrimination, condescendance ou séduction dû au fait qu’elle était une femme. Il a toujours œuvré pour que le Dharma soit offert équitablement à tous, quelque soit leur sexe, race, âge ou statut social.

Au sortir de ces retraites, à nouveau sur les recommandations d’Akong Rimpoche, Lama  Rinchen s’installa à Holy Isle, pour y développer un programme de retraites d’un an permettant aux femmes laïques ou moniales qui le désiraient de compléter les pratiques préliminaires du Mahamudra ou Ngondro, selon la tradition Karma Kagyu.

P1080056

Cela fut suivi en 2002 puis en 2011 par 2 retraites de 3 ans traditionnelles, conjointement à des retraites d’1 an, retraites pendant lesquelles Lama Rinchen apporta son soutien et sa présence.

En 2010, ayant reçu l’ordination de moniale de Tai Situ Rimpoche, elle reçut de Akong Rimpoche le titre de Lama (voir plus bas) avec pour mission, ayant l’avantage d’avoir le français comme langue maternelle, d’apporter son aide au Centre de Samye Dzong Bruxelles,

Elle réside désormais en Belgique depuis 2 ans tout en continuant des visites régulières à Holy Isle pour y assister les retraitantes durant la Retraite d’Hiver au Nord de l’île – consacrée principalement au ‘Ngondro’ ou préliminaires – et pour animer des semaines de méditation ouvertes à tous.

En fin d’année 2015, un nouveau projet a vu le jour près de la ville de Beaumont à la frontière française. Sur cet espace où la nature offre une harmonie et une bienveillance incontestable, l’intention est d’installer des petites cabanes de méditation pour permettre des retraites courtes ou longues, suivant les aptitudes et possibilités de chacun.e. Ce centre est destiné à toute personne sincèrement motivée à approfondir sa recherche spirituelle, quelle que soit son appartenance religieuse ou philosophique. Lama Rinchen partage donc désormais ses activités entre Bruxelles et Beaumont (KSLB = Kagyu Samye Ling Belgium) avec l’espoir de voir débuter dès l’an prochain les premières retraites en cabanes – en attendant elles se font sous tentes en période estivale!

lama rinchen palmo

Ci-dessous l’intronisation de Lama Rinchen en juin 2010 à Samye Ling par AKong tulku Rimpoche.

« C’est une grande joie de partager avec tous la nouvelle qu’hier, samedi 26 juin, en ce jour faste de l’anniversaire du 17e Karmapa et de la pleine lune, Akong Rimpotché a officiellement nommé un nouveau lama de Samyé-Ling : Lama Rinchen Palmo, que la plupart d’entre nous avons connue sous le nom de Chökyi et, plus récemment, d’Ani Rinchen Palmo, chargée de veiller sur les retraites à Holy Isle.

L’événement a eu lieu au centre Samyé Dzong Bruxelles ../ Après avoir brossé le portrait d’un bon enseignant, Rimpotché a ajouté que Guelong Thubten avait un texte qu’il souhaitait nous lire et qui serait ensuite traduit en français. Le fameux texte, comme vous l’avez peut-être déjà deviné, contenait un résumé de la biographie de Lama Rinchen et soulignait le fait qu’elle avait maintenant derrière elle plus de vingt années de méditation en retraite, dont treize consacrées à diriger les retraitantes qu’elle avait accompagnées dans leur parcours avec beaucoup de dévouement, révélant les « qualités de cœur et de patience d’un bon enseignant capable de soutenir des méditants ».

Un grand frisson d’étonnement, d’enthousiasme et de joie a instantanément parcouru tous les présents tandis que la nouvelle Lama Rinchen, petite par la taille mais grande par les actes, était invitée à se lever pour aller s’asseoir sur un petit trône préparé la veille à côté de l’énorme trône qui attend la venue du Karmapa (mais à qui donc était destiné ce trône ? nul ne le savait : se pouvait-il que Lama Yeshe Rimpotché arrive à l’improviste ? ) La surprise était totale pour tout le monde, et plus encore peut-être pour Lama Rinchen qui ouvrait de grands yeux durant la lecture du résumé de sa vie.

Il y eut ensuite un moment très émouvant quand Akong Rimpotché entreprit de revêtir Lama Rinchen de la toge jaune traditionnelle, le tcheu gueu, fait de carrés de tissu assemblés, à l’image des moines mendiants du temps du Bouddha (voir photo), et puis la silhouette enfantine, toute de jaune drapée, monta sur le trône et s’assit avec précaution sur ce siège inaccoutumé. Derrière la surprise et l’émotion palpables, on pouvait sentir l’humilité et la joie avec lesquelles elle accueillait l’honneur et la tâche qui lui étaient ainsi conférés, sans pour autant se départir d’une grande paix intérieure. Rimpotché lui a alors offert une kata et la ceinture de méditation des yogis, les Cent Mille chants mystiques de Milarépa, dans une nouvelle édition reliée parrainée par Rokpa, et un superbe certificat attestant de son nouvel état de Lama Kagyupa.

Rimpotché a ensuite annoncé à tous les présents que l’arrivée des lamas résidents, prévue de longue date, pourrait encore se faire attendre quelques années et que, dans l’intérim, Lama Rinchen serait le « lama temporaire » de Samyé Dzong Bruxelles. C’était là accéder aux souhaits réitérés du Centre qui réclame un lama depuis si longtemps et Rimpotché a alors déclaré : « Je vous présente votre lama ! », déclenchant la liesse générale et un tonnerre d’applaudissements. C’est en raison de cette nouvelle responsabilité, a-t-il ajouté, qu’il avait choisi Bruxelles pour conférer son titre à Lama Rinchen.

Rimpotché a alors invité tous les participants à offrir une kata à Lama Rinchen qui a échangé de grands sourires avec chacun qui venait s’incliner devant elle.

Plus tard dans l’après-midi, lors d’une étape du rituel de Keuntcho Tchidu, Rimpotché a conféré l’initiation de Longue vie de Gourou Rimpotché, et j’ai trouvé très beau de voir Lama Rinchen assise à son côté, recevant au fur et à mesure les bénédictions de l’initiation au moyen des différents objets sacrés (boumpa, torma, flèche de longue vie). J’ai remarqué que lorsque Rimpotché la bénissait avec les objets, il les laissait reposer sur elle pendant un temps suffisamment long pour me sembler significatif. Rimpotché a ensuite invité le reste de la sangha et les anciens retraitants à venir recevoir la bénédiction avant les autres et à se charger eux-mêmes d’objets de l’initiation. Lama Rinchen s’est vu confier le boumpa et a officié avec autant de naturel que si elle avait fait cela toute sa vie.

A la fin de la journée, Rimpotché a précisé que Lama Rinchen aurait toujours pour responsabilité principale de diriger les retraites de femmes sur Holy Isle, mais qu’elle viendrait à Bruxelles régulièrement, deux ou trois semaines tous les six mois, pour autant que les conditions de la retraite le permettent.

Ce samedi 26 juin a vraiment été une journée de liesse à Bruxelles, riche de mille bénédictions, et les participants sont tous repartis avec la joie au cœur.

Ce matin, dimanche 27 juin, Rimpotché a dû nous laisser pour remplir des obligations à Pékin et, selon son souhait, le tsok continue. Profitant d’un instant de battement entre deux activités, j’ai demandé à Lama Rinchen ce qu’elle avait éprouvé au cours de « l’événement » : « Submergée… physiquement, mentalement, émotionnellement… » Mais tout cela avec un très fort sentiment de la vacuité de toute chose.

« Longue vie et succès dans le dharma pour la nouvelle lama ! » Tel a été le souhait final de Rimpotché, partagé par tous ici. Comme par tous nos amis ailleurs, je n’en doute pas.

Bruxelles, 26-27 juin 2010, par un des témoins oculaires, Katia Holmes.

Source : Kagyu Samye Dzong de Belgique

 

Un beau reportage avec Lama Rinchen Palmo à Holy Island :

Lire aussi le témoignage d’une retraite de quatre ans à Holy Isle