Accueil Articles - Nouvelles du numero en cours Une retraite de quatre ans à Holy Island par Edith Hope

Une retraite de quatre ans à Holy Island par Edith Hope

PARTAGER

Edith HopeEdith Hope a grandi à la campagne en Ecosse dans le cadre d’une grande famille aimante et élevée comme chrétienne dans l’Église d’Écosse. Autour de trente ans, sa visite à un monastère bouddhiste dans la région de Dumfries and Galloway allait changer sa vie pour toujours.

L’université lui avait offert la possibilité de vivre loin de sa famille, d’acquérir une certaine indépendance et d’élargir sa vision. Au milieu des années 1980, elle travaillait comme informaticienne pour une entreprise de vente de voitures à Glasgow.

Mais après son introduction au bouddhisme et à la méditation, elle décida de passer quatre ans isolée du monde extérieur dans une retraite bouddhiste sur Holy Island. La retraite était organisée par Samye Ling, le monastère bouddhiste tibétain où elle vit toujours depuis son ordination comme nonne bouddhiste.

Qu’est-ce qui vous a amené à Samye Ling?

Je suis venu ici par un ami qui était intéressé par Samye Ling. J’ai pris l’habitude de venir ici et finalement je me suis fortement impliquée.
Je l’ai ressenti comme la façon dont ma vie se déployait. Je l’ai vécu comme une bouffée d’air frais. Comme si je revenais à la maison.
Finalement, j’ai renoncé à mon travail et j ‘ai fait une retraite de quatre ans à Samye Ling et je suis devenue nonne. La retraite (sur Holy Island) s’est terminée en 1993, après cela, je suis restée à Samye Ling pour y vivre et y travailler. Mon travail a évolué un peu, mais après quelques années je suis devenue secrétaire de l’abbé.

Pouvez-vous m’en dire plus sur la retraite?

Vous vivez en retraite, vous ne communiquez pas avec n’importe qui dans Samye Ling, vous êtes complètement coupée du monde extérieur.
La retraite n’est pas seulement pour les moines et les nonnes, c’est pour les gens qui sont intéressés par la méditation intensive. Apprendre les différentes méthodes prend quatre ans. J’étais avec un groupe de 18 femmes et puis il y a eu un groupe d’hommes, à proximité, qui sont entrés en retraite et qui ont fait exactement la même chose pendant les quatre années.

Pendant ce temps, étiez-vous en contact avec le monde extérieur?

Bien que vous puissiez contacter des amis et la famille, c’est généralement limité. J’écrivais une fois par mois à ma mère et elle me répondait et parfois d’autres personnes m’écrivaient et je leur répondais au travers de ma mère. Elle donnait des nouvelles à tout le monde, bien que, en fait, il n’y avait pas énormément de nouvelles, vous faites la même chose tous les jours pendant quatre ans.

Avez-vous eu une éducation religieuse?

J’ai grandi dans le nord-ouest de l’Ecosse. Je suis allée à l’école du dimanche chaque semaine. J’avais très fortement ce que vous pouvez appeler un fond moral.
Donc, je sens, que quand je suis devenu nonne, ce que j’ai affiché à l’extérieur était déjà à l’intérieur. Et je ne sens pas de contradiction avec l’essence de la doctrine chrétienne que j’ai eue en tant qu’enfant.

Comment votre famille a-t-elle ressenti que vous deveniez une nonne bouddhiste?

C’est difficile pour moi de le dire. Ils ne sont pas bouddhistes eux-mêmes, donc ce doit être un peu étrange pour eux. Je pense que c’était une surprise et qu’il y a eu peut-être quelques difficultés à l’accepter.
Je viens d’un petit village dans le nord de l’Ecosse et maintenant j’ai la tête chauve et je porte une robe rouge. Ce n’est pas normal ! Mais, au fil des années, leur attitude s’est quelque peu adoucie.
J’ai des frères et sœurs et bien sûr, ils sont mariés et ils ont des enfants et des emplois. Et ils passent par tous les problèmes que vous connaissez dans ce genre de vie, et que je n’ai pas.
Donc, si mes parents veulent parler de leurs problèmes, ils peuvent m’en parler. S’ils veulent que quelqu’un vienne auprès d’eux, quelqu’un qui n’a pas à répondre à toutes ces demandes, alors je peux venir.
Ça change beaucoup de choses.

Edith Hope a été ordonné sous le nom de Konchock Lhamo, mais est connu de tous à Samye Ling comme Ani Lhamo. Ani signifie tante et est utilisé dans la manière dont les chrétiens utilisent soeur.

Source: Samye Ling website – traduction Bouddhisme au féminin