Christina Feldman

Christina Feldman

PARTAGER

Christina Feldman quitte le foyer familial dans les années soixante, à l’âge de dix-sept ans, pour se rendre en Inde. Elle ne savait pas ce qu’elle voulait faire de sa vie. Elle savait ce qu’elle voulait quitter, mais ne savait pas vers quoi elle voulait aller. Son apparente liberté extérieure n’avait rien à voir avec son état intérieur plein de confusion et de doutes. Son arrivée en Inde ne dissipa pas sa confusion, mais seulement ses illusions. Au lieu de trouver le pays de la paix et de l’illumination de ses rêves, elle trouva des gens luttant pour survivre ou pour adopter les modes de pensée et les valeurs qu’elle avait voulu laisser derrière elle.

« Au lieu de trouver les saints hommes de mes attentes à chaque coin de rue (et à cette époque de ma vie, je pensais sainteté seulement en terme de représentants masculins), je rencontrai des hommes qui semblaient d’abord intéressés par toutes les parties de mon anatomie qui étaient visibles. Après avoir passé trois semaines, affolée et choquée, cachée dans ma chambre d’hotel et n’en sortant que couverte des pieds à la tête par tous les vêtements que je possédais, mon désir le plus pressant était de m’échapper de l’Inde et de cette vie de purdah. » (purdah : signifie rideau en hindi, et désigne la coutume pour une femme de rester confinée chez elle pour ne pas être vue des hommes).

christinafeldman

 

Christina décide alors de se rendre dans l’Himalaya. Elle arrive dans un petit village tibétain qui est la résidence du Dalaï lama et le centre spirituel du bouddhisme tibétain. Elle y trouve la pauvreté, mais la tranquillité. Elle sent immédiatement qu’elle a beaucoup à apprendre de ces gens. Elle découvre les quatre nobles vérités au coeur de l’enseignement du Bouddha. Elle reste là plusieurs années à pratiquer le bouddhisme tibétain, se confrontant à la réalité de la difficulté du chemin, et se complaisant « dans son snobisme spirituel d’être sur le ‘seul’ chemin valable ayant tant de connaissances spirituelles ». Elle doit reconnaitre que, malgré sa pratique, elle a toujours des difficultés à être seule avec elle-même.

« Il était clair qu’il y avait quelque chose qui clochait, soit avec ma compréhension de la bonté bienveillante, de la libération et de la compassion, soit avec mon application de ces concepts ». C’était une étape nécessaire de désillusion qui la poussa à approfondir sa pratique, à passer plus de temps en méditation intensive et elle commença à découvrir des ressources intérieures qu’elle ne savait pas posséder.

Elle décide de se rendre en Thaïlande où elle connait de nombreuses expériences spirituelles et de hauts degrés de réalisation. Elle se trouve alors confrontée aux préjugés sexistes affirmant que le fait d’être une femme rendait sa croissance spirituelle de moindre valeur.

Tout en éprouvant un sentiment de profonde gratitude pour les enseignants et les traditions qui lui avaient si gracieusement offert les richesses de leurs expériences et de leurs compréhensions, elle réalise qu’il est nécessaire pour elle d’explorer ce qui faisait sa propre expérience en ce qu’elle avait d’unique et de découvrir sa liberté au sein de sa propre démarche. « Il devint clair pour moi que je devais approfondir ma compréhension fondamentale de ce que signifiait intégrer ma spiritualité et ma féminité – de découvrir ce que signifiait pour moi d’être une femme spirituellement éveillée. »

Quand elle revient en Angleterre, elle co-fonde le grand centre de méditation vipassana de Gaia House. Depuis 1976, elle conduit des retraites de méditation vipassana aux Etats unis, au Canada et en Europe.

Entre temps, Christina se marie et elle a deux enfants. « Quand j’ai fondé une famille, j’ai décidé de continuer ma pratique, bien que beaucoup de gens m’aient dit que ne j’y parviendrais pas. Si j’avais des enfants, j’étais supposée arrêter mon enseignement parce qu’ils allaient capter toute mon attention et toute mon énergie. Je reprendrais l’enseignement et la méditation plus tard. J’étais bien décidée à lutter contre ces opinions stéréotypées. (…) J’ai eu le sentiment que, d’une certaine manière, ce serait un défi encore plus grand dans ma pratique. (…) Chaque nuit, je prenais le temps de méditer et, finalement, je pris conscience d’avoir gardé un cap et une vision intérieure qui n’étaient pas définis par les autres rôles de ma vie.  » (extrait de » Rencontre avec des femmes remarquables » de Martine Batchelor)

« Tout au long de leur histoire, les femmes ont appris au sujet de leur développement spirituel au travers d’enseignants masculins. Les histoires du développement d’hommes ont été abondamment transmises, tandis que les histoires concernant la spiritualité des femmes ont été largement omises. Les récits que nous écoutons façonnent nos expériences, et nos expériences façonnent notre réalité. Dans nos vies spirituelles, nous cherchons à découvrir ce que signifie être une femme spirituellement éveillée et non un saint désincarné. »

« C’est en raison de la valeur que représente le fait d’écouter notre propre approfondissement en tant que femmes que j’ai commencé à proposer des retraites pour femmes aux Etats unis et en Angleterre. L’authenticité, la richesse et la force qui ont résulté de cette écoute sont devenues immédiatement évidentes. Quand cette écoute est accompagnée d’une exploration de notre propre intériorité, une force puissante est créée qui nous inspire pour nous engager totalement sur notre chemin spirituel.

Extraits de Woman Awake (Ed. Penguin-arkana) – traduction de Bouddhisme au féminin.

Christina Feldman est l’auteure de plusieurs ouvrages dédiés à la méditation et à l’émancipation spirituelle des femmes. Outre des retraites pour femmes, elle a aussi initié des retraites familiales avec des enfants. Voir son enseignement sur ce sujet.

– Woman awake
– The quest of the Warrior Woman
– The Buddhist Path to Simplicity
– Compassion: Listening to the Cries of the World
– Silence: How to Find Inner Peace in a Busy World
– Heart of Wisdom, Mind of Calm: Guided Meditations to Deepen Your Spiritual Practice
– Principles of – Meditation: The only introduction you’ll ever need
– Meditation Plain and Simple
– Beginner’s Guide to Buddhist Meditation: Practices for Mindful Living