Accueil Livres en anglais The taste of Silence

The taste of Silence

PARTAGER

À 19 ans, Bieke Vandekerckhove est tombé malade. Le diagnostic était dévastateur: la maladie de SLA-Charcot. L’espérance de vie : deux à cinq ans. Que faire avec cette petite partie de la vie qui lui restait?

Par la force des circonstances, elle se trouve conduite au couvent de Saint Lioba à Egmond-Binnen aux Pays Bas. Là, elle rentre en contact avec la spiritualité bénédictine et apprend à prier avec les psaumes, ce qui a influencé beaucoup sa vie.  Trois ans plus tard, elle apprend que sa maladie est en rémission, mais qu’elle peut redémarrer à tout moment. Elle vit avec la maladie de Charcot pendant vingt ans. Elle se marie et a deux assistants pour l’aider au quotidien.

Il y a dix ans, elle trouve le silence du zen. Cette rencontre s’est également révélée décisive. Le goût du silence reflète ce qui est vécu, vu et goûté dans le calme de la vie: «La spiritualité bénédictine et le bouddhisme zen sont devenus les deux poumons à travers lesquels je respire. »

Grâce à l’aide de son mari Bart Verhulst et de divers assistants, elle a mené une vie active d’enseignement, de conseil et d’écriture. Elle a régulièrement organisé des réunions Zen et des retraites à l’abbaye bénédictine de Saint-Andries à Zevenkerken, en Belgique. En 2014, Bieke Vandekerckhove a reçu une transmission formelle en tant que Maître du Zen (Ch’an Ssu) dans la tradition du ch’an chinois du Maître Zen le Professeur Ton Lathouwers, lui-même le Dharma-Successeur du Ch’an Master Teh Cheng, École Guang Hua Ch’an en Chine. À cette occasion, elle a reçu le nom de Xia Fan Zhi Guang. Bieke est décédée dans sa maison, tôt le soir le 7 septembre 2015 à l’âge de 46 ans.

Appréciations du livre :

« La vie est pleine d’épreuves, mais parfois, nous pouvons soudain percer une lumière éternelle au milieu des pires tribulations. Il y en a beaucoup dont la vie n’a aucun sens, donc nous avons besoin de témoins dont la vie dit : et pourtant! Et qui continuent de sourire à travers leurs larmes. Ce livre est un tel sourire, convaincant dans son authenticité. »
Benoît Standaert, moine bénédictin de l’abbaye de Saint-André à Bruges, Belgique, auteur de « Partage de l’espace sacré: dialogue interreligieux en tant que rencontre spirituelle. »

« Ils disent que le livre que vous devez lire vous trouve au moment où vous devez le lire. C’est le cas ici. Après une première descente dans l’obscurité, [Bieke] a trouvé la force en faisant un voyage intérieur dans le profond silence qui réside en nous tous. Sa description de son voyage est remarquable.  »
Ron Rolheiser, OMI de « My Top Books for 2015 »