Accueil Articles - Nouvelles du numero en cours Esprit Zen, l’esprit qui tricote par Jennifer Urban-Brown

Esprit Zen, l’esprit qui tricote par Jennifer Urban-Brown

PARTAGER

Dans le dharma du tricot, il n’y a ni passé, ni présent, ni avenir, dit Jennifer Urban-Brown. Sans tenir la promesse de l’objet fini, bouclez le fil, tirez dessus, respirez, expirez.

J’ai commencé à tricoter bien avant d’arriver à une pratique zen stable. En fait, j’ai le sentiment que le tricot m’a bien préparé au zen. Eh bien, peut-être pas pour étudier la philosophie de Dogen, mais pour la méditation zazen de toute façon.

Le tricot est un art lent. Le zen est un entraînement lent. Dans le Zen, l’accent est mis sur l’acte de s’asseoir plutôt que sur l’illumination, l’objectif final. En tricot, je peux également mettre l’accent sur l’activité plutôt que sur le produit final. Alors qu’un objet tricoté fini est souvent (mais pas toujours!) quelque chose qui apporte beaucoup de joie, lorsque mon attention est placée sur le processus de création plutôt que sur le pull ou l’écharpe, l’expérience est d’autant plus riche.

Voici cinq manières dont j’ai trouvé que ma pratique du tricot, ou tout processus créatif, était une extension de ma pratique du Zen.

1. Trouver la bonne posture et l’intention

Mon sac à tricoter est comme un zafu portable. À l’intérieur se trouvent des fils et des aiguilles et un univers de possibilités. Ces outils créatifs – des articles simples en bambou et en laine – ont la même qualité de base que mon coussin de méditation. Prendre les aiguilles et le fil à la main, ressentir la chaleur familière de chacun, est une reconnexion, un peu comme trouver sa place sur le coussin. C’est une maison accueillante.

Avec les aiguilles dans les mains, mon intention est réglée: je vais utiliser ces outils pour boucler et nouer de telle manière que quelque chose d’utile soit créé, que ce soit un chapeau, un pull, une couverture ou un jouet. Avec l’espace créé et l’intention établie, je reste ouvert à ce qui vient. Et ce qui vient change constamment, point par point, rangée par rangée. Dans le dharma du tricot, il n’y a pas de passé, pas de présent, pas de futur, seulement des changements.

2. Se concentrer sur l’activité

Les points de tricot commencent à couler aussi facilement que la respiration. Un rythme est créé. Insérez l’aiguille, le fil en boucle, tirez à travers. Insérez l’aiguille, le fil en boucle, tirez à travers. Boucle après boucle, noeud après noeud: le tissu est créé.

Les deux voies – Zen et tricot – offrent des occasions de remarquer l’esprit et de revenir à l’action.

Parfois, mon esprit reste avec l’action et parfois mon esprit erre. Comme pour toute activité, je peux aborder le tricot avec une attention particulière ou avec négligence. La pratique consiste à revenir à l’aiguille à insérer dans l’action, à boucler le fil, à tirer à travers; respirer, expirer – sans tenir à la promesse de l’objet fini. Avec un motif de point facile, comme la jarretière ou le jersey, mon esprit est plus enclin à errer. Le tricot de dentelle, cependant, exige que je fasse vraiment attention au motif de point compliqué pour qu’il paraisse harmonieux à la fin. Les deux voies-Zen et tricot offrent des occasions de remarquer l’esprit et de revenir à l’action.

3. Permettre aux dix mille choses d’avancer

Quand mon esprit se calme et que mon attention se porte sur mes mains, mes aiguilles et ma laine, le monde s’ouvre. Le doux cliquetis des aiguilles. Sensation douce de la laine. Couleur, texture, lumière. Peut-être un chant des oiseaux, de la musique ou une conversation. Toutes les choses se sentent présentes et connectées. Il n’y a pas de réflexion sur le résultat. C’est le sentiment de cœur. C’est le sentiment d’une activité intéressante. Il n’y a pas de moi, pas d’autre. Il y a juste un lieu de réunion ouvert où toutes les choses se rencontrent.

4. Laissez tomber les attentes

Souvent, lorsque le sentiment d’expansion s’estompe, je me trompe et reviens à une petite vue. Le tricot est rempli d’opportunités pour échouer, faire des erreurs, faire face à la déception. Points perdus, répétitions de motifs manqués. Tricoter est un métier lent, et quand des erreurs surviennent, elles peuvent être lentes à réparer. Défaire des centaines de points. Recommencer. Lorsque quelque chose ne va pas, il est temps de pratiquer le non-attachement, de laisser tomber les attentes.

C’est à ce moment-là que le vœu de pratiquer avec bonne volonté est le plus important. Pourquoi tricoter quand il est plus facile et moins cher d’acheter ce qui est nécessaire? Je tricote parce que c’est une activité joyeuse et saine. Les erreurs sont l’occasion de se rappeler qu’il s’agit de l’activité et non de l’objet fini.

C’est une sorte de vœu. Dans le Zen, nous nous engageons à sauver tous les êtres sensibles. C’est un grand voeu, un vœu sans fin. Dans mon tricot, je peux promettre d’apporter une présence joyeuse à mon activité et d’apporter de la joie aux autres grâce aux choses que je fais. C’est un voeu plus petit, mais il est encore infini, et j’aime penser que c’est une bonne pratique pour le plus grand voeu de sauver tous les êtres sensibles.

5. Permettre que s’élève une connexion à toutes les choses

Il est difficile de ne pas parler de connexion avec tout ce qui concerne le tricot. Le tricot est essentiellement une petite représentation du Filet d’Indra. Chaque point est connecté à l’autre et essentiel à la création de l’ensemble.

Ces points nous rappellent le lien de toutes choses: les moutons, les bergers et les coteaux d’où provient la laine; le tondeur, le meunier et le teinturier qui transforment la laine en fil; la boutique de laine locale et les créateurs de tricot qui rendent le fil disponible et inspirent son potentiel sont tous présents dans une seule pelote. Et avec nos mains, nous prenons la prochaine étape pour créer un objet à utiliser ou à donner. De cette façon, dans une économie petite et connectée, le tricot est un acte radical. Tricoter est un moyen de se connecter avec le monde et nos communautés – et nous-mêmes.

Jennifer Urban-Brown est rédactrice chez Shambhala Publications / Roost Books. Elle habite à Boulder, Colorado, avec son mari et Boston Terrier.

source Lion’roar Janvier 2019 Traduction Bouddhisme au féminin