Accueil Articles - Nouvelles du numero en cours Question aux enseignant·e·s : Comment traite-t-on la sexualité dans la sangha?

Question aux enseignant·e·s : Comment traite-t-on la sexualité dans la sangha?

PARTAGER

Trois enseignant.e.s répondent à une questions posée par un(e) pratiquant(e):
– Zenkei Blanche Hartmann de la tradition Zen, ancienne abbé du San Francisco Zen center,
– Narayan Helen Liebenson, enseignante au Cambridge Insight Meditation Center de la tradition Théravada.
– Geshé Tenzin Wangyal Rimpoche, de la lignée Bön Dzogchen de la tradition tibétaine

Question : La sexualité ne semble pas être beaucoup discutée dans le bouddhisme, mais c’est un puissant moteur biologique qui peut être destructeur, en particulier dans la sangha. Comment traite-t-on la sexualité au niveau individuel, au sein de la sangha et surtout avec les bouddhistes qui sont dans un rôle d’enseignant?

Zenkei Blanche Hartman : D’après mon expérience, la sexualité est très discutée, mais peut-être davantage dans les conversations en tête-à-tête entre enseignant et élève ou dans les études de préceptes plutôt que dans les discours sur le dharma.
Il est vrai que l’énergie sexuelle est puissante. Suzuki Roshi a dit un jour que l’énergie sexuelle et l’énergie artistique sont très proches de l’énergie zazen, «mais ils se sont déjà séparés et ont pris forme». Ils ont créé un objet de désir. Donc, ma première réponse à votre question sur «Comment traiter la sexualité à un niveau individuel?» Serait: «Avec retenue et une attention vigilante». Notez comment votre esprit peut saisir une attraction et en faire une obsession – ou non. Remarquez comment vous pouvez décider de nourrir le fantasme ou non. Je suggère également de parler avec votre enseignant·e si vous êtes attiré par quelqu’un avant de commencer une relation. Je suggère toujours à mes élèves qu’ils développent d’abord une amitié avant de se lancer dans une implication romantique.

Le troisième précepte est clair: «Un·e disciple du Bouddha n’abuse pas de la sexualité.» (Une autre traduction est «… n’est pas sexuellement avide».) Dans nos directives pour les résidents du Centre Zen de San Francisco, les préceptes sont les suivants : «Tous les pratiquant·e·s résidentiels doivent mettre en pratique les seize préceptes de bodhisattva… De plus, tous les pratiquant·e·s résidentiels acceptent de ne pas établir de relation sexuelle et / ou intime avec un·e autre résident·e du Centre Zen tant que les personnes impliquées n’ont été résident·e·s au centre pour au moins six mois. Cet accord permet à chaque nouveau/nouvelle résident·e de s’engager pleinement dans une période de pratique concentrée sans distraction. Il est également entendu que si un·e élève se trouve attiré·e par un·e autre élève, il/elle en parlera avec un·e enseignant·e avant de commencer. une relation intime. C’est une façon de gérer les problèmes sexuels dans une sangha résidentielle.

Les pratiquant·e·s non résidentiels, surtout s’il s’agit une relation entre enseignant et élève, doivent faire de leur mieux pour trouver un·e autre enseignant·e non impliqué·e avec qui discuter de toute situation ou problème sexuel dont ils/elles ont connaissance.

Lors de la formation des enseignant·e·s, il est très important de leur enseigner non seulement les restrictions éthiques nécessaires pour assumer le rôle de conseillers spirituels, mais aussi la projection et le transfert. Nous devons comprendre que les étudiant·e·s projettent souvent un idéal sur un enseignant et «tombent amoureux·euses» de la projection. Les enseignants en formation doivent apprendre à reconnaître et à éviter les pièges des projections négatives et positives dans la relation enseignant-élève, et les enseignements dispensés doivent être très clairs: si une relation sexuelle existe dans une relation enseignant-élève, l’enseignant ne doit pas se permettre une relation amoureuse jusqu’à la fin de la relation enseignant-étudiant·e. Même dans ce cas, une pause de six mois à un an est souhaitable pour travailler sur des projections ou d’autres problèmes émotionnels liés à une relation étudiant·e-enseignant.

Dans les traditions où les enseignant·e·s sont des moines ou des nonnes célibataires, les difficultés sexuelles doivent être  exposées aux enseignants les plus âgés. Dans d’autres traditions, je pense qu’il est important que tous les enseignants aient un groupe de pairs où règnent la confiance et le respect mutuels et où les questions éthiques peuvent être discutées ouvertement et librement. Les questions concernant les comportements sexuels appropriés ou inappropriés sont fréquemment discutées, par exemple lors de réunions de l’Association américaine des enseignants zen et lors de réunions d’enseignants qui partagent un lignage particulier.

Guéshé Tenzin Wangyal Rinpoché : Sur le plan de la sexualité, un précepte traditionnel est de ne pas s’engager sexuellement avec la femme, le mari ou le partenaire d’une autre personne, ou de faire en sorte que quelqu’un brise ses vœux. En ce qui concerne la relation élève-enseignant, il est important de ne pas confondre cette relation avec la sexualité. Cela ne signifie pas que la sexualité soit mauvaise ou néfaste. Il y a souvent une exagération du négatif par rapport à la sexualité. La sexualité est négative autant que la colère est négative. La colère sert-elle un but? Oui. Mais la colère est-elle nécessaire? Non, elle n’est pas nécessaire. La sexualité est une partie importante de la vie, mais elle n’est pas nécessaire pour vivre pleinement sa vie.

Dans la tradition tantrique, la sexualité est utilisée pour se réveiller. L’union sexuelle physique peut être la porte extérieure pour réaliser l’expérience intérieure d’une grande félicité, résultat de l’union des énergies masculines et féminines, de la méthode et de la sagesse, de l’espace et du vide. L’union sexuelle peut être un véhicule pour un état de conscience supérieur. Cependant, la plupart des hauts lamas sont des moines et, par conséquent, cet aspect de l’enseignement n’est pas mis en évidence. On peut donc se demander pourquoi cet enseignement n’est pas mis en avant en Occident où la plupart des pratiquant·e·s sont des laïcs et où la sexualité fait partie de la vie ?

Alors que l’expression de la sexualité peut être pure, la plupart du temps ce n’est pas le cas. En fait, c’est une pauvre expression de l’amour et il est important de ne pas confondre la sexualité avec l’amour. L’amour n’a rien à voir avec le sexe en soi. Avec la sexualité, il y a intensité et exaltation dans une relation, mais cette exaltation diminue souvent avec la familiarité et face au stress et aux responsabilités de la vie quotidienne. Lorsque la sexualité est devenue la base de l’intimité et de la communication dans une relation plutôt que l’amour et le respect, cela peut mener à une aliénation et à une séparation lorsque l’intérêt ou l’expression sexuelle s’affaiblit. Il semble donc que la sexualité soit mal comprise et mal utilisée, quand elle a trop d’importance dans une relation.

Quand il y a attraction mutuelle entre deux personnes, la sexualité a bien sûr sa place. Cela ne veut pas dire que vous ressentez une énergie sexuelle et que vous devez y céder! S’il existe une attraction mutuelle entre deux personnes qui n’ont pas pris d’autres engagements, il n’y a aucune raison pour que la sexualité ne soit pas une partie saine et vitale de la relation, surtout si les personnes sont capables d’être ouvertes et d’avoir un échange émotionnel. C’est une erreur si la sexualité devient la base de la communication entre deux personnes et est considérée comme l’expression de l’amour. C’est là que l’on doit devenir conscient et vigilant.

Dans la relation entre l’enseignant et l’élève, une relation sexuelle est inappropriée. La relation entre un enseignant et un·e élève peut grandir si profondément et durer une vie entière. Malheureusement, la sexualité détruit cette possibilité de développement. En tant qu’étudiant·e, vous pouvez ressentir tant d’ouverture et de confiance à l’égard des enseignements, et aussi envers l’enseignant qui vous présente ces enseignements, que beaucoup de sentiments sont exacerbés, y compris la sexualité. Cependant, lorsque la sexualité entre dans la relation et est mise en pratique, la possibilité pour l’élève d’être aidée de façon continue par l’enseignant est interrompue. L’élève et l’enseignant doivent tous deux être conscients de cette possibilité et avoir une sagesse plus discriminante, sachant que succomber au désir peut détruire la belle relation qui se développe et compromettre la relation de l’élève aux enseignements. Plus vous voyez cette destruction comme une conséquence probable, moins vous risquez de céder à une relation sexuelle. Moins vous êtes conscient des conséquences, plus l’attraction est forte et plus vous êtes susceptible de suivre votre désir.

Est-il possible d’intégrer la sexualité à l’ouverture d’une conscience éveillée ? Oui bien sûr. Est-ce recommandé comme chemin? Non. La plupart des gens pensent qu’ils en sont capables. Le principe de base de l’ouverture n’est pas un principe erroné: brûler et libérer le désir et tout est conscient et ouvert. Et bien sûr, toutes les bonnes qualités viennent du fait d’être conscient et ouvert. Mais est-ce facile? Non. Souvent, le résultat est une douleur émotionnelle, conséquence directe du fait de suivre les désirs et de s’emparer des choses plutôt que de s’en libérer. Donc, ce que l’on imagine comme étant possible et ce que l’on peut réellement faire, n’est pas la même chose. Le désir donne toujours ce sentiment de «oui!». Mais il est important d’avoir une perspective réaliste, un sens des conséquences. Relativement parlant – ce qui signifie pour la plupart d’entre nous – le désir est une question de douleur et non de béatitude Si vous êtes trop enthousiasmé par la question de la transformation de la sexualité, peut-être est-ce un signe que ce n’est pas pour vous.

Narayan Helen Liebenson : Je suis d’accord sur le fait que la sexualité n’est pas beaucoup discutée dans les cercles bouddhistes et je pense qu’il est essentiel, en tant que pratiquants laïcs, de maintenir ce sujet à la lumière du dharma. Comme un de mes collègues l’a dit, la plupart d’entre nous ont fait des bêtises à un moment ou à un autre à cause de la puissance du désir sexuel. C’est une arène dans laquelle l’illusion règne souvent en maître. Au niveau individuel, dans nos Sanghas et en tant qu’enseignant·e·s, il est nécessaire d’apprendre à utiliser nos énergies sexuelles avec sagesse et avec la plus grande compassion.

L’activité sexuelle, quand elle va de pair avec la sensibilité éthique, peut encourager un plus grand degré de connectivité et d’intimité. Entièrement tissée dans une relation amoureuse, elle peut être l’un des plus beaux aspects de la vie. La sexualité en soi n’est pas un problème. En fait, c’est une expression naturelle de la vie. Cependant, lorsque nous cherchons le plaisir comme une fin en soi, ce qui a le potentiel d’être beau devient une souffrance. L’attachement à l’intérêt personnel crée un obstacle, rendant difficile l’examen de nos intentions et de nos actions.

Heureusement, le Bouddha nous a donné un principe directeur dans les domaines où le discernement est difficile: c’est la sagesse de la retenue. En d’autres termes, il a recommandé de faire une pause avant d’agir, d’interroger une action avant de la faire, s’il y a la moindre question quant à sa justesse ou à sa pureté. Nous devons prendre du recul et demander si cette action causera du tort.

L’expression de notre sexualité implique souvent le désir de répondre à nos besoins conscients ou inconscients. De ce fait, nous ne pourrons peut-être pas immédiatement discerner l’impact de nos actions. Cela est particulièrement évident dans les situations impliquant des rapports sexuels occasionnels. Étant donné la complexité de nos histoires, la sexualité est un domaine de nature très sensible pour beaucoup de gens. La seule façon de garantir que nos actions ne causeront pas de préjudice est de bien connaître la personne et sa situation. Connaître bien quelqu’un signifie qu’il y a une intimité établie avant d’avoir des relations sexuelles.

J’ai un ami qui, impliqué dans plusieurs partenaires en même temps, a demandé à un lama tibétain si ça allait. Il a rassuré le lama que personne n’était blessé. Le lama resta silencieux pendant un moment, puis demanda calmement: «En êtes-vous sûr?» Bien sûr, mon ami réalisa qu’il n’était pas du tout sûr.

Quant aux relations enseignant-étudiant·e, elles se produisent. Il est plus probable que les personnes qui se consacrent au dharma se rencontrent dans un centre de méditation plutôt que dans un bar. Pour protéger les élèves, les directives de l’Insight Meditation Society et des enseignants du Cambridge Insight Meditation Center suggèrent que, si il se produit une attraction mutuelle susceptible d’être une relation durable, l’enseignant doit immédiatement se désengager du rôle d’enseignant et attendre au moins trois mois avant de commencer une relation sexuelle. Comme certaines sanghas le savent trop bien, l’inconduite sexuelle de la part d’un enseignant peut être extrêmement discutable et profondément nuisible.

Source : Buddhadharma septembre 2008 – Traduction Bouddhisme au féminin