Accueil Articles - Nouvelles du numero en cours Il est temps que les femmes s’entraident par Ayya Yeshe

Il est temps que les femmes s’entraident par Ayya Yeshe

PARTAGER



Souvent, lorsque les femmes pensent à ce qui peut être fait pour les femmes, par d’autres femmes, dans des pays en développement, nous devenons inspirées. Toutes les données montrent que les femmes et les filles, en particulier les femmes pauvres et handicapées de couleur, sont les plus défavorisées de la planète. Les femmes et les filles en Inde et dans certaines régions d’Afrique et d’Asie du Sud-Est sont à la traîne en matière d’éducation, de nutrition, d’accès aux droits humains et de ressources. Nous savons que 75% des victimes de la traite des êtres humains dans le monde sont des femmes. Nous savons qu’il y a plus de garçons à l’école que de filles (environ 50 millions de filles pauvres attendent d’aller à l’école, mais elles n’ont pas les moyens d’en payer le prix ou ne sont pas autorisées par la culture patriarcale, selon certaines estimations). Nous savons que les femmes possèdent 10% de la terre du monde et effectuent 60% de son travail. Nous savons que les femmes sont victimes de viols et de violences domestiques et que, malheureusement, un pourcentage de la population masculine est responsable de la plus grande partie de la violence dans le monde. (Source: la moitié du ciel).

Il est facile de regarder ce genre de statistiques et de se sentir dépassé. Que pouvons-nous faire en tant que simples individus face à une telle injustice? Pourquoi tant d’hommes et de jeunes femmes assimilent-ils l’égalité des sexes à la haine des hommes, pourquoi toute discussion sur l’autonomisation des femmes / la violence à leur encontre est-elle suivie de messages : # rien que des hommes et « les hommes sont aussi battus »?

Le fait demeure que si vous êtes née dans un pays occidental ou si vous êtes riche, vous faites partie des 25% plus riches et privilégiés du monde. Il y a certes des gens qui luttent contre la pauvreté en Occident, mais il n’y a pas d’enfants qui meurent dans la rue. Et si, comme Mère Thérèsa, nous nous disions: « Je ne peux pas faire de grandes choses, mais je peux faire de petites choses avec un grand amour. » Et si, une par une, chaque femme et chaque homme du monde développé marrainait une fille à l’école dans un pays en développement ou éduquait de jeunes hommes pour qu’ils grandissent avec une masculinité saine respectant l’égalité et l’autonomie des femmes ? Et si, un·e par un·e, nous formions des chaînes de compassion, d’amour et de bonté partout dans le monde. Comment le monde changerait-il? Comment le sort des femmes et de toute l’humanité changerait-il?

C’est ainsi que mon travail à la Fondation Bodhicitta a commencé. J’étais à Bodhgaya, où le Bouddha a connu l’illumination, et j’ai vu la terrible pauvreté de la population locale à la différence des centres de méditation très riches et confortables et des monastères pour étrangers – des enclaves d’air conditionné et de marbre blanc avec des gardes et des barbelés. J’ai regardé ces extrêmes de richesse et de pauvreté et je me suis demandé de quel côté de la barrière serait le Bouddha. C’est alors que j’ai décidé d’aider les pauvres indiens, pour rendre hommage à la grande bonté que le Bouddha a donnée au monde. Juste à ce moment, à la manière de la providence divine, un Indien est apparu et m’a parlé des Ambedkarites de Nagpur, des personnes de la communauté des «intouchables» ou de Dalits qui étaient auparavant asservis par le système de caste indien. Je suis allé à Nagpur, dans le centre de l’Inde, et j’ai été très touché par l’ampleur de leurs difficultés et par leur motivation à améliorer leur vie.

Je me souviens d’avoir tenu un bébé mourant de diarrhée dans mes bras et d’avoir pensé : Ce bébé n’a pas besoin de mes chants, il a besoin d’aide pratique. Si votre compassion manque de moyens habiles, quelle que soit votre intention, votre compassion sera peut-être inefficace ou un fardeau pour ceux que vous essayez d’aider.

J’ai réalisé que pour 2 dollars, je pouvais sauver la vie de ce bébé. Alors j’ai agi. J’ai commencé par faire de petites choses. Ensuite, j’ai écrit des articles et mes amis et ma famille se sont impliqués. Ensuite, j’ai fait une demande de financement auprès du Buddhist Global Relief et notre travail en faveur de certains des plus pauvres bouddhistes du monde a vraiment commencé. Cela fait maintenant dix ans que notre organisme de bienfaisance aide 2000 personnes par an. Nous avons un foyer pour filles, trois centres d’études pour enfants pauvres (100 enfants) deux heures par jour, un programme alimentaire qui prépare chaque année 6000 repas pour des enfants sous-alimentés, un centre de formation professionnelle, 3 écoles du dimanche, retraites, ordination temporaire, etc.

L’une des premières filles que j’ai aidées était Rituja. Elle vivait dans une cabane d’une pièce avec son père, un conducteur de pousse-pousse, sa mère et ses deux frères. Dès son jeune âge, Rituja a travaillé tout en allant à l’école. Elle luttait pour éviter un mariage non désiré et voulait aller à l’université lorsque je l’ai rencontrée. Avec mon aide, Rituja a terminé ses études universitaires et a obtenu un diplôme en économie. Elle a échappé à un mariage violent et est maintenant l’heureuse mère d’un garçon en bonne santé. Elle travaille comme assistante sociale dans notre organisme de bienfaisance. Elle vient d’aider ses parents à construire une maison avec un toit en béton et des murs en briques afin de rester en sécurité et d’éviter la chaleur accablante des étés de Nagpur où elle atteint 46 ° C. Cela peut sembler peu, mais étant donné que la mère de Rituja n’a pas pu échapper à un mariage avec un alcoolique, de subir des abus domestiques, et de vivre dans un abri en tôle ondulée, Rituja a beaucoup progressé en une génération et est une femme indépendante.

Nous ne pouvons pas toutes abandonner notre carrière pour vivre en tant que travailleuses sociales ni être nonne bouddhiste dans des bidonvilles indiens. Mais pourrions-nous aider à soutenir un enfant dans un pays en développement pour 30 euros par mois?

Pour ce faire, vous pouvez faire un don ponctuel ou régulier à
bodhicitta-vihara.com

Pour bénéficier d’un reçu permettant une déduction fiscale, passer par le site de Sakyadhita France, remplir le formulaire en précisant pour la Fondation Boddhicitta (qui n’est pas encore listée dans les projets indiqués), et envoyer le formulaire à l’adresse indiquée.