Accueil Contributions et courrier du numero en cours Le dieu de Michel Ange

Le dieu de Michel Ange

PARTAGER

À l’aube de notre civilisation occidentale, chez les Grecs, les dieux étaient multiples, avec à leur tête un dieu mâle, Zeus, qui régnait sur un panthéon de dieux et de déesses aux défauts très humains, et que l’on vénérait pour avoir leur protection dans un monde si incertain. Jupiter, le mâle romain a succédé à Zeus, lui aussi affublé de travers humains et tout occupé à satisfaire ses désirs. Le dieu chrétien a hérité des attributs anthropomorphiques des dieux grecs et romains, sous le forme d’un vieillard barbu tel que le montre la si célèbre peinture de Michel Ange illustrant la création d’Adam.

Que voyons-nous ? ce vieux mâle barbu, entouré d’angelots plus que joufflus (des garçonnets bien entendu), un dieu qui doit être soutenu pour ne pas tomber en raison de la gravité (??) et qui s’accroche à un mystérieux personnage ambigu qui pourrait être aussi bien une femme qu’un jeune éphèbe. Ce dieu est vêtu d’une sorte de chemise qui dissimule son sexe, en effet un dieu qui a un sexe devrait s’en servir pour donner naissance à un autre, or il lui faudrait, car le sexe du mâle est ajusté pour aller avec le sexe de la femelle, une femme déesse, mais cela ne lui permettrait pas de fabriquer « à son image », le mâle vers lequel il tend son doigt pénis, lequel tend également son doigt pénis vers son géniteur pour réaliser le fantasme masculin d’une reproduction de lui-même sans avoir à passer par l’autre moitié humaine, à savoir une femme.

On voit ici une représentation qui montre le degré d’anthropomorphisme auquel le christianisme est parvenu dans son illustration littérale de textes symboliques. Le dieu de Michel Ange est peut-être remarquable au plan artistique mais d’une incroyable naïveté au plan théologique, Ce n’est pas un « dieu » qui crée l’homme « à son image », c’est l’homme qui crée un « dieu » à son image. Nadia