Enseignante celebree du numero en cours

Accueil Enseignante celebree du numero en cours

Les soeurs de la Maison de l’Inspir et du Village des Pruniers

Nous sommes ravies de célébrer des soeurs de la voie du vénérable Thich Nhat Hanh, moine zen vietnamien ayant fondé en 1982 le monastère « Le Village des Pruniers » dans le sud-ouest de la France.

La présence aux cotés de ce dernier de soeur Chan Kong depuis le début de son implantation en France a sans aucun doute contribué à ce que ce soit la seule voie bouddhiste monastique où, à notre connaissance, il n’y a aucune discrimination à l’égard des femmes, et où les enseignantes ont autant de poids et de prise de paroles que les enseignants.

Le Village des Pruniers

 

Thich Nhat Hanh a su à la fois garder l’essence du Dharma et la traduire avec sagesse pour répondre aux exigences de notre temps. La croissance de sa sangha démontre à quel point il est en phase avec les besoins des pratiquant·e·s.

Nous présentons les enseignements de trois femmes qui ont reçu la transmission de la lampe, autrement dit qui ont reçu officiellement l’autorisation de transmettre le Dharma.

Soeur Giac Nghiem qui, comme il vient d’être dit, est l’abbesse de la Maison de l’Inspir, voir ci-dessous.

Soeur Dao Ghiem qui réside actuellement au Village des Pruniers.

Cheri Maples qui est une policière américaine laïque ayant également reçu la transmission de la lampe et qui n’est plus de ce monde.

Nous présentons aussi le témoignage de soeur Mailam du Village des Pruniers,  et de soeur Hai Nghiem, désormais en Thaïlande, qui s’est beaucoup occupée du programme des ados au Village des Pruniers pendant l’été,  enfin un article de Bell Hook qui se réfère  à l’enseignement du Vénérable Thich Nhat Hanh pour parler de la puissance de l’amour.

Nous avons demandé à soeur Sang Nghiem de la Maison de l’Inspir ce que signifie Nghiem et pourquoi les soeurs se nomment toutes Nghiem :
« Nghiem’ signifie ‘adore avec’ et l’autre mot est une qualité.
Toutes les moniales ordonnées avant 2010 ont un nom avec Nghiem. Après cette date, elles ont un nom qui commence avec ‘Trang’ (lune) »

La Maison de l’Inspir

Soeur Sang Nghiem nous présente la Maison de l’Inspir et soeur Giac Nghiem:

« La Maison de l’Inspir est un petit monastère situé à Noisy-le Grand, près de Paris, où vivent dix moniales.
C’est un lieu de refuge, de ressourcement et de repos ; un lieu pour approfondir sa pratique de la méditation à travers les actes quotidiens faits dans la pleine conscience. C’est une maison de la fraternité où nous apprenons à chaque instant à vivre en harmonie les unes avec les autres, dans un esprit de respect et d’écoute des besoins de l’autre. Nous nous appliquons à l’art de vivre en pleine conscience notre vie quotidienne, en vue de développer les capacités de compréhension et de compassion de chacune. Nous sommes actuellement dix sœurs à la Maison.

Dans la tradition du Village des Pruniers, les moniales changent de centre régulièrement, pour rester neuves et ne pas trop s’attacher. Elles habitent en France quelques années, puis vont en Allemagne, en Thaïlande, aux Etats-Unis,…. dans l’un des différents centres existant à travers le monde.

Soeur Giac Nghiem

Chaque centre a aussi des sœurs qui restent plus longtemps pour créer un stabilité et continuité.

Sœur Giac Nghiem est l’abbesse de la Maison de l’Inspir et elle est un grand pilier. Elle y habite depuis 10 ans. Sr Giac Nghiem, ou bien sœur Elisabeth, est une sœur Française qui, avec son âge de 75 ans et étant ordonnée depuis 18 ans, a une grande bodhicitta et beaucoup d’énergie. Elle est une source de refuge pour beaucoup de pratiquant·e·s qui viennent à la Maison de l’Inspir pour pratiquer et se ressourcer. Elle part souvent pour des retraites partout en France. Tous les ans, elle donne des enseignements au Village des Pruniers, pendant la retraite francophone au printemps et pendant la Retraite d’été.

voir le programme de la Maison de l’Inspir

voir un enseignement de soeur Giac Nghiem

Soeur Dao Nghiem du Village des Pruniers

En novembre 2010 alors qu’elle vit au Village des Pruniers au Hameau du Bas, la communauté demande à Sœur Chân Đào Nghiêm d’aller  apporter son soutien à ses sœurs à la Maison de l’Inspir, le nouveau petit monastère du Village des Pruniers, situé à Noisy le Grand. Elle y passe cinq ans  de novembre 2010 à novembre 2015.

Sœur Chân Đào Nghiêm est née en France le 28 juillet 1953 dans une famille chrétienne. À l’adolescence, dans la mouvance de mai 68, elle expérimente la vie libérée des jeunes femmes de son époque. Elle commence à travailler à l’âge de 19 ans en tant qu’instrumentiste chirurgicale. Elle sera l’assistante d’un chirurgien renommé durant 10 ans. Elle perd son papa quelques jours avant l’anniversaire de ses 20 ans et, à la suite de cela, décide de laisser toute spiritualité de côté et de « profiter de la vie ». Heureusement son travail l’aide à garder une éthique de vie et à ne pas se perdre.

Lors d’un  trekking dans les « Célèbes », petite île d’Indonésie, elle découvre un autre regard sur la vie alors qu’elle a 25 ans et prend conscience d’un vide dans sa façon de vivre.

À la suite de ce voyage, elle ramène la dimension spirituelle dans sa vie en se plongeant dans la lecture de livres de différentes traditions spirituelles tel que les livres d’Alexandra David-Neel, de Ramana Maharshi,  Ouspensky, Gurdjeff, Sri Aurobindo, Arnaud Desjardins, Carlos Castaneda, etc , et pratique le Yoga et la méditation avec un disciple de Sri Aurobindo, Kyran Vyas. En 1982 elle a l’idée de partir voyager en Inde pour une année et de quitter son travail afin de vivre pleinement sa vie intérieure.

Elle ne partira pas en Inde à ce moment là car, entre temps, elle fait la rencontre du père de sa fille Sivakami qui vit dans un centre de Yoga Sivananda à Paris. Faisant suite à son aspiration de vivre une vie pleine de sens consacrée à la croissance spirituelle et au service de l’humanité, à 29 ans, elle choisit de quitter le confort de sa vie à Paris et de rejoindre l’Organisation Sivananda. Ils se marient en septembre 1982 et partent ensemble s’installer dans un ashram des Centres Internationaux Sivananda de Yoga Vedanta en Californie.  Leur fille Sivakami y naîtra en janvier 1984.

Sœur Chân Đào Nghiêm alors nommé Lakshmi, a  séjourné dans divers ashrams de la tradition des Centres Internationaux Sivananda de Yoga Vedanta, en Californie de 1982 à début 1985,puis au Canada à la maison-mère des Centres Sivananda jusqu’en 1994, et dans l’état de New York aux USA jusqu’en 2003. Elle y enseigne et a de nombreuses responsabilités. Leur maître Swami Vishnu-devananda décède en novembre 1993, à la même période sa maman tombe très gravement malade. Elle décède en 1995 et, quelques temps plus tard, sa sœur a une leucémie foudroyante. Elle sera son donneur de moelle osseuse. Le décès de son maître, de sa maman, la maladie de sa sœur, la destruction des tours de Manhattan en septembre 2001, alors qu’elle vit dans l’état de NY, amèneront Sr Đào Nghiêm à réfléchir sur sa vie et à aller faire des retraites de silence et de méditation dans un monastère bouddhiste de tradition japonaise.

À la lecture du livre « Sur les traces de Siddharta » du Maître Zen Thich Nhat Hanh qui relate l’histoire de Bouddha, elle découvre ce maître zen qui vit en France et décide de suivre ses enseignements, ressentant une très forte connection avec celui-ci. En février 2002, elle se rend au Village des Pruniers en France pour rencontrer Thầy (Thich Nhat Hanh) et sa communauté de pratique. C’est la première fois qu’elle entend un maître spirituel parler dans sa langue maternelle (français) et elle sent que chacune de ses paroles lui va droit au cœur L’incarnation par Thầy de la pleine conscience et sa manière simple d’expliquer les enseignements difficiles, ainsi que sa capacité à transmettre des moyens concrets pour mettre en œuvre la pratique dans notre vie quotidienne, sont très inspirants pour elle. En elle naît le souhait de s’engager encore plus dans la voie spirituelle en devenant nonne. Sa fille Sivakami et son mari Srinivasan la soutiennent dans cette aspiration.  L’année de ses 50 ans elle décide de prendre les vœux de novice dans la tradition du maitre Thich Nhat Hanh et sera ordonnée le 26 octobre 2003. Elle reçoit les grands préceptes de Bhikshuni en décembre 2006 et la transmission de la lampe du Dharma en février 2011.

Sœur Chân Đào Nghiêm se sent profondément liée à la nature et trouve une profonde source de nourriture dans le pouvoir de guérison de la marche méditative, de la méditation assise et du noble silence. Elle ressent un amour profond pour toutes ses sœurs monastiques et chérit son amitié profonde avec de nombreux amis laïcs qui viennent du monde entier pour pratiquer au Village des Pruniers. Elle  vit actuellement au Village des Pruniers au Hameau du Bas.

Sœur Chân Đào Nghiêm offre des enseignements du dharma en anglais et en français. Elle a été très impliquée dans la construction de la sangha francophone et le soutien aux professeurs français pour introduire la pratique de la pleine conscience dans l’éducation.

Voir un enseignement : transformer nos énergies d’habitudes

Enseignante célébrée du numéro en cours

Enseignantes célébrées des numéros précédents