Vingt nonnes obtiennent leur diplôme de geshema

Vingt nonnes obtiennent leur diplôme de geshema

PARTAGER
Une candidate au cours de la première journée des examens de Geshema de cette année à la Geden Choeling Nunnery à Dharamsala.

Le Département de Religion et de Culture du Tibet basé à Dharamsala, dans le nord de l’Inde a annoncé que vingt nonnes tibétaines  viennent d’obtenir des diplômes de Geshema, équivalent à un doctorat en philosophie bouddhiste.

Geshe (féminin: Geshema) est un diplôme universitaire bouddhiste tibétain pour les monastiques. La qualification est soulignée principalement par la lignée Gelugpa du bouddhisme Vajrayana, mais elle est également décernée dans l’école Sakyapa. L’examen de Geshema n’existe que depuis 2013. Jusqu’en 2011, le titre Geshe était attribué uniquement aux moines. Les nonnes qui réussissent le diplôme de Geshema sont qualifiées pour assumer des rôles de leadership dans les communautés monastiques et laïques qui étaient auparavant réservés aux hommes.

«Instruire les femmes est essentiel», a déclaré Rinchen Khando Choegyal, fondateur et directeur du projet des nonnes tibétaines, qui soutient sept nonneries bouddhistes en Inde. «Il ne s’agit pas seulement de livres. Il s’agit également d’aider les nonnes à acquérir les compétences dont elles ont besoin pour diriger leurs propres institutions et créer des modèles pour des succès et l’expansion futurs. Il s’agit de permettre aux nonnes d’être des enseignantes  à part entière et d’assumer des rôles de leadership à un moment critique de l’histoire de notre pays. »(Tibetan Nuns Project)

Le « Tibetan Nuns Project », créé sous les auspices de l’Association des femmes tibétaines et du Département de la religion et de la culture, soutient près de 800 nonnes de toutes les lignées bouddhistes tibétaines vivant en Inde dans des nonneries ou ailleurs. Beaucoup de nonnes sont des réfugiées tibétaines, mais l’organisation se rend également dans les régions frontalières de l’Himalaya, où les femmes et les filles ont peu accès à l’éducation et à la formation religieuse.

Les examens ont été réalisés sous la supervision du Conseil d’examen de Geshema, composé de représentants du Département de la religion et de la culture, du Tibetan Nuns Project, de l’institut de la dialectique bouddhiste à Dharamsala et de six congrégations de nonnes en Inde et au Népal.
Le processus d’examen est extrêmement rigoureux, prenant quatre ans au total. Les nonnes doivent subir des examens oraux et écrits, au cours desquels elles sont testées sur l’ensemble de leur cycle d’études de 17 ans. Le succès de cette année des 20 nonnes marque donc un nouveau chapitre dans le développement de l’éducation des femmes monastiques et des femmes tibétaines. Les nonnes nouvellement diplômées recevront officiellement leurs diplômes du Dalaï Lama lors d’une cérémonie qui se tiendra au monastère de Drepung à Mundgod, dans le sud de l’Inde.

 

Les religieuses doivent subir des examens oraux et écrits dans le cadre d'un examen rigoureux de quatre ans. De tnp.org Sa Sainteté le Dalaï Lama et Sa Sainteté le Karmapa avaient préconisé depuis de nombreuses années la mise en place d’un programme de formation de Geshema. Après avoir vu des nonnes participer aux débats monastiques traditionnels lors d’un festival en mars 2012, le Dalaï Lama a exprimé sa satisfaction quant à leur niveau de connaissances et avait déclaré qu’il était temps pour les nonnes d’étudier pour obtenir une  qualification avancée.

Le titre de Geshe fut d’abord accordé aux maîtres de la tradition kadampa, tels que Geshe Chekawa Yeshe Dorje (1102-76). Le diplôme représente la plus haute formation dans l’école Gelugpa du bouddhisme tibétain. La première femme monastique à se qualifier pour le titre Geshema a été la nonne Kelsang Wangmo , qui a été ordonnée en Inde et a passé 21 ans en formation avant de devenir la première femme à recevoir le titre Geshema en 2011.

Source Buddhist Door  – Traduction Bouddhisme au féminin

Les premières tibétaines à obtenir le diplome de Geshema ont passé l’examen en 2014, voir ici

ci dessous, interview de Kelsang Wangmo après l’obtention de son diplôme de Geshema