Thubten Chodron – lettre à une future nonne

Thubten Chodron – lettre à une future nonne

PARTAGER

Une lettre de Thubten Chodron pour le thème du n° 21 : Devenir nonne

Tubten Chodron

Thubten Chodron a grandi près de Los Angeles. En1975, elle assiste à un cours de méditation donnée par Ven. Lama Yeshe et Ven. Zopa Rinpoché et part dans leur monastère au Népal pour continuer à étudier et pratiquer les enseignements de Bouddha.

En 1977, elle reçoit l’ordination de nonne novice et en 1986, elle va à Taiwan pour recevoir l’ordination complète. Elle est la fondatrice de Sravasti Abbey, un monastère aux Etats-Unis. Elle voyage à travers le monde pour donner des conférences sur le bouddhisme et enseigner la méditation. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sur le bouddhisme.

Lettre à une amie considérant l’ordination

________________________________________________

Chère amie dans le Dharma,

J’ai reçu ta lettre. Tu veux être moniale ! Tu donnes l’impression d’être enchantée et nerveuse à la fois. C’est très louable d’être moniale et plus ton esprit sera préparé pour l’ordination, plus aisée sera la transition entre la vie laïque et la vie ordonnée. C’est pourquoi, je vais rédiger quelques questions à te poser dans l’espoir qu’elles vont t’aider à réfléchir en profondeur et ainsi éliminer les obstacles potentiels dans ton esprit. Quand j’ai demandé à mon Maître spirituel à être ordonnée, il m’a dit, « Oui, mais attends un peu. » Il m’a fait attendre près d’un an et demi. J’étais impatiente d’être ordonnée et je ne voulais pas attendre, mais à posteriori, ça a été une très bonne chose. Pendant cette période j’ai médité encore et encore sur les sujets mis en exergue dans ces questions. Cela m’a considérablement aidée, je souhaiterais donc maintenant les partager avec toi. Lorsque tu médites sur ces questions, il est important d’être aussi honnête que possible et de les utiliser comme un outil pour découvrir tes propres pensées et sentiments. Parfois, ta réponse franche ne sera pas ce que tu voudrais qu’elle soit, ou ce que tu penses que ton maître spirituel voudrait qu’elle soit. De toute manière, aucune réponse n’est vraie ou fausse ici. Mieux tu te connaîtras toi-même, avec tes forces et tes faiblesses et mieux tu pourras te préparer à l’ordination.

Pourquoi veux-tu devenir moniale ? Quelle est ta motivation intime, ta plus profonde raison pour vouloir prendre l’ordination ? Qu’est-ce que l’ordination signifie pour toi ? Est-ce qu’il y a des relations, des situations ou des émotions dont tu essaies de te libérer? Est-ce que l’ordination est une manière de leur faire face ou de les éviter ?
Comment le fait d’être ordonnée s’intégrera à ta pratique du Dharma ? Comment cela t’aidera-t-il ? Quelles sont les choses liées à l’ordination qui te seront difficiles ?
L’un de nos préceptes est de suivre l’avis du Dharma de notre abbé (abbesse) ou de notre enseignant spirituel. Y a-t-il un(e) enseignant(e) avec qui tu as une solide connexion? Il est important d’étudier en étant guidé par un(e) enseignant(e) qualifié(e) et habile, pas uniquement aller à droite et à gauche où on en a envie. Es-tu prête à discuter de tes projets avec ton maître et de suivre ses instructions sur le Dharma ou est-ce que tu préfères faire ce dont tu as envie ?
En tant que membre de la sangha, on fait partie d’une plus importante communauté spirituelle. Nous nous asseyons par ordre d’ordination et respectons celles et ceux qui ont été ordonnés avant nous. Il est également souhaitable d’écouter les avis et les suggestions des nonnes et des moines seniors, car ils ont plus d’expérience sur la vie monastique. Est-ce qu’il y a une partie de toi qui pourrait avoir des difficultés à respecter et écouter ceux qui ont plus d’expérience ? Comment peux-tu travailler sur cet aspect de manière à saisir la valeur de leurs conseils et récolter les bénéfices de leur expérience et de leur intérêt?
Laquelle des traditions Bouddhistes sera ta pratique principale ? Theravada? Chinoise ? Tibétaine ? Il est important de savoir quelle sera la direction de ta pratique; faute de quoi tu pourrais te retrouver à faire un peu de tout et ne pas avancer.
Afin d’être capable de maintenir notre ordination, nous avons besoin de conditions de vie propices à la pratique spirituelle. Où vivras-tu après avoir pris l’ordination ?
Il n’existe pas d’organisation importante qui soutiendrait et s’occuperait des monastiques occidentaux. Nous sommes responsables de nos propres finances, assurances santé, etc. Le souci de ces choses peut nous distraire de notre pratique, il faut donc que ces choses soient bien en place avant l’ordination. Auras-tu des revenus ou un soutien financier ? As-tu une assurance-santé ?
As-tu des obligations sociales à régler avant l’ordination (dettes, divorce, s’occuper de parents âgés ou d’enfants) ? As-tu de sérieux problèmes de santé qui auront un impact sur ta capacité à pratiquer, vivre en communauté ou maintenir l’ordination ?
Nous avons des années et des vies de conditionnement derrière nous. Il est important de bien observer ces choses et de les résoudre. Pour cette raison, les questions à suivre traitent des valeurs sociales et des objectifs qui nous ont précédemment été enseignés.

Souhaites-tu réussir dans une carrière ? Imagine que tu rencontres de vieux amis après plusieurs années. Ils ont fait carrière, ont eu du succès, une vie confortable et une certaine réputation. Quels sentiments cela va éveiller en toi? Est-ce que tu vas avoir le sentiment d’être un membre utile à la société même si tu n’as rien produit de tangible valorisé par celle-ci?
L’ordination suppose que nous développions notre capacité à gérer nos propres émotions, sans le soutien émotionnel d’un partenaire. Cela implique également de gérer notre énergie sexuelle. Quelles sont tes pensées à propos du mariage et de la vie de famille ? Souhaiterais-tu avoir un compagnon à vie avec qui tout partager ? Est-ce qu’il t’est difficile de contrôler ton attirance émotionnelle ou sexuelle pour les autres? Même si le mariage et la vie de famille ne semblent pas t’intéresser pour l’instant, quel sera ton sentiment quand tu seras plus âgée ? Souvent les femmes dans la trentaine et plus, et les hommes approchant de la cinquantaine passent par une phase de crise dans laquelle ils se disent. « Si je veux me marier et avoir des enfants, je dois le faire maintenant. Faute de quoi, à cause de mon âge, je vais avoir des difficultés à fonder une famille. » Imagine-toi à cet âge et examine quels pourraient être tes sentiments.
Comment te sentiras-tu quand tu seras âgée, sans enfants, petits-enfants, domicile, sécurité, etc. À quoi pourrait ressembler la vieillesse en tant que nonne ou moine ? En tant que laïque ?
Deux de nos préceptes exigent d’abandonner les signes d’une personne laïque et de prendre les signes de moniale. Cela implique de raser nos têtes, porter des robes et maintenir nos préceptes où et avec qui que nous soyons. Es-tu facilement influencée par ce que les autres pensent de toi, qu’ils soient étrangers ou famille et amis ? Quel sera ton sentiment si les gens te fixent dans la rue parce que tu portes les robes ? Quel sera ton sentiment si ta famille et tes amis te disent que tu essayes d’échapper à la réalité ou que tu gâches ta vie en étant moniale. Quel sera ton sentiment si tes parents sont en colère parce que tu ne vis pas une vie « normale » ?

As-tu dit à ta famille et à tes amis proches que tu envisages de devenir moniale ? Es-tu à l’aise avec leurs réactions ou te sens-tu coupable, blessée ou en colère ? Il est très important de travailler sur ces émotions. Il est également important de donner de l’amour à tes parents. Ils ont souvent peur que leur enfant ne soit en train de les rejeter ou qu’ils ne le reverront plus si il ou elle prend l’ordination. Nous devons être sensibles à leurs besoins, les rassurer de notre amour, mais en même temps ne pas nous sentir entravés par leurs émotions ou leurs souhaits. Quelles sont les méditations que tu peux faire pour t’aider à dépasser l’attachement ou la colère que tu pourrais avoir envers ta famille ?

Es-tu prêt à vivre dans une communauté ? Cela implique d’abandonner l’envie de faire ce que tu veux, quand tu veux. Tu devras suivre la discipline de la communauté. Tu devras vivre et travailler avec des gens que tu n’aurais pas nécessairement normalement choisi comme amis. Quel est ton sentiment à l’idée d’avoir ton égo mis à l’épreuve de telle manière?
Quelle est ta plus importante attitude perturbatrice : l’attachement, la colère, l’ignorance, la jalousie, la fierté, le doute? Si cette question n’est pas traitée, cela posera des problèmes dans ta pratique et te fera douter de ton ordination. Reconnais laquelle est la plus importante et commence dès maintenant à appliquer les antidotes dans ta méditation.

Pour véritablement recevoir l’ordination durant la cérémonie, tu dois avoir développé, dans une certaine mesure, la détermination de te libérer du cycle des existences et d’atteindre la libération. Pour être capable de maintenir l’ordination après l’avoir reçue, tu devras constamment cultiver cette motivation. Est-ce que tu médites régulièrement sur les inconvénients de l’existence cyclique et ses causes ? ou bien y-a-t-il une partie de ton esprit qui est réfractaire à l’examen de cette réalité? Les huit préoccupations mondaines font parties des obstacles majeurs au développement de la détermination à être libre.

Nous sommes attachés à
1) l’argent et les possessions matérielles,
2) les éloges et les approbations,
3) la réputation et l’image, et
4) les plaisirs des cinq objets sensuels.

Nous avons de l’aversion pour
5) ne pas recevoir ou perdre notre argent et nos possessions,
6) les blâmes ou désapprobations des autres,
7) une mauvaise image ou réputation, et
8) des sensations déplaisantes de nos cinq sens.

Laquelle de celles-ci est la plus forte pour toi ? Es-tu familière avec leurs antidotes ? Appliques-tu ces antidotes ? As-tu le sentiment qu’abandonner ces huit états mentaux te rendrait malheureuse ?
Quel est ton sentiment à l’idée des épreuves de la vie ordonnée ? Comment peux-tu renforcer tes objectifs spirituels et leur accorder une plus grande place dans ton cœur et dans ta vie ? La vie ordonnée, tout comme la vie laïque, n’est pas toujours aisée. Il y aura des problèmes, des hauts et des bas. Dans les phases pessimistes, les gens sont tentés de mettre le blâme sur leur ordination en se disant « Mon ordination est le problème. Si je n’étais pas moniale, je n’aurais pas ce problème. » Quels sont les bénéfices de l’ordination ? As-tu une véritable conviction intime de ces bénéfices ? Il est important d’avoir une compréhension claire de ces choses à l’avance et d’être courageuse lorsque tu rencontreras des difficultés physiques, émotionnelles et spirituelles dans ta vie.

Est-ce que dans un coin de ton esprit, tu recherches le respect des autres du fait de ton ordination ? Est-ce que tu t’attends à ce que les autres te traitent bien ? te donnent des choses ? te montrent du respect ? Où es-tu prête à te mettre au service des autres, cultivant ainsi l’intention altruiste ?

Quels seront tes besoins et tes préoccupations après l’ordination ? Quelles sont les ressources dont tu disposes – internes et externes – pour t’aider à leur faire face. Quelles sont les choses avec lesquelles tu te sens en confiance ? Quelles sont les choses qui te font hésiter ?
Ce sont des points auxquels il faut profondément réfléchir. Chaque point comporte plusieurs questions et il pourrait être utile de mettre tes réponses par écrit. Mets-les de côté pendant quelques semaines. Puis relis-les et fais des corrections. Réfléchir encore et encore à ces questions dans la durée va t’aider à éliminer les obscurcissement dans ton esprit et les éventuels obstacles à ton ordination. Cela va t’aider à traverser les pics émotionnels de vouloir être moniale et à mieux comprendre ton esprit.

Tous mes vœux t’accompagnent sur le chemin de l’éveil et je prie pour que ta sagesse, ta compassion et tes compétences fleurissent de manière à ce que tu puisses diffuser le bonheur à de nombreux êtres.

Bien à toi dans le Dharma,

Thubten Chodron

Traduction Bouddhisme au Féminin