Le Karmapa lance l’ordination des nonnes

Le Karmapa lance l’ordination des nonnes

Le 17ème Gyalwang Karmapa a annoncé en février dernier qu'il prendra des mesures concrètes pour établir l'ordination complète des nonnes dans la tradition bouddhiste tibétaine. (Nous ne rentrons pas ici dans la controverse concernant les deux karmapas, nous donnons simplement l'information sur un sujet concernant les femmes bouddhistes de la tradition tibétaine)

PARTAGER

D’après le bureau d’informations Kagyu:
« En commençant par la restauration du niveau de novice ‘Getsulma’ et la formation ‘shikshamana’ pour les vœux de nonne l’année prochaine, qui sera conférée avec l’aide d’un contingent spécial de religieuses de la tradition Dharmagupta, il y aura ensuite le cadre nécessaire conduisant à ‘Gelongma’ ou aux « vœux de bhikshuni », c’est-à-dire aux voeux de la pleine ordination ».

[le Karmapa a déclaré: … ]
« Peu importe comment les autres voient cette question, je pense que ceci est quelque chose de nécessaire. Afin de respecter les enseignements bouddhistes, il est nécessaire d’avoir la quadruple communauté (moines pleinement ordonnés (gelongs), nonnes pleinement ordonnées (gelongmas), et laïcs, femmes et hommes). Comme l’a dit le Bouddha, la quadruple communauté représente les quatre piliers des enseignements bouddhistes. C’est la raison pour laquelle je m’intéresse à cette question. »

Pendant les enseignements quotidiens du rassemblement d’hiver « Arya Kshema », le Gyalwang Karmapa avait déjà discuté de la question de l’ordination des nonnes en détail. Les extraits de son discours ci-dessous:
« Quand le Bouddha a donné aux femmes la possibilité d’être ordonnées, il leur a donné tout ce qu’il faut pour pratiquer tous les chemins et tous les niveaux dans leur intégralité. Il y a en ce moment beaucoup de gens qui ont peur que, si les femmes étaient ordonnés et en particulier si elles reçoivent l’ordination de bhikshuni, cela nuise aux enseignements. Mais je pense qu’il n’est absolument pas nécessaire d’avoir de telles craintes, parce que le Bouddha l’a déjà permis. »

« Afin d’avoir la pratique complète des trois formations, vous devez d’abord avoir la formation supérieure dans la discipline. Puis, sur cette base vient la formation supérieure en samadhi, puis la formation supérieure en Prajna. Dans le bouddhisme tibétain nous pourrions dire que, pour les femmes, il n’est pas possible d’avoir la formation complète dans la pratique de la discipline supérieure, et la raison en est parce qu’il n’y a pas de vœux de Bhikshuni. »
« En outre, parce qu’il n’y a pas de vœux de Bhikshuni, nous ne pouvons pas dire qu’il y ait véritablement des voeux de novice appropriés. Donc, sans voeux de novice appropriés, il est difficile de dire qu’il y a une véritable sangha ordonnée de femmes réalisées. C’est la situation où nous sommes, et c’est une situation malheureuse pour le bouddhisme en général. »
« Au cours des dix ou vingt dernières années, menés par Sa Sainteté le Dalaï Lama, la plupart des maîtres du bouddhisme tibétain, dont de nombreux grands lamas, guéshés et khenpos, ont engagé des discussions avec de bonnes intentions. Il y a eu beaucoup de discussions, et les gens ont mis beaucoup d’efforts dans ces discussions — ce que j’ai vu et vécu moi-même. »
« Nous avons eu beaucoup de discussions et de recherche concernant les paroles du Bouddha, les traités de maîtres indiens, ainsi que les écritures tibétaines. Il semble parfois qu’au cours des vingt dernières années, nous n’avons fait que parler et faire des recherches, mais nous n’avons pas vraiment mis quoi que ce soit en pratique. Cela a a duré pendant longtemps. »

« Il me semble que vous pouvez conférer les vœux de Bhikshuni soit par la seule sangha (masculine) ou par la double sangha. Pour avoir la façon appropriée — avoir une ordination reconnue et légale de bikshuni — il est préférable d’avoir la double sangha. Si vous n’avez pas d’autre choix, alors l’ordination peut être conférée par la seule sangha (masculine). Afin d’avoir la double ordination, il n’est possible d’avoir la transmission de la lignée des vœux de bhikshuni que par la tradition chinoise.
Toutefois, avant que vous ne puissiez avoir une telle double ordination, vous devez d’abord avoir les vœux de novice corrects puis les voeux de « formation » de nonne, qui sont les vœux de shikshamana. Pour faire ceci correctement, il faudra au moins trois ou quatre ans. Dès l’an prochain, nous pouvons commencer les préparatifs pour un nombre limité de nonnes de chaque nonnerie de sorte à enclencher le processus et leur fournir tout ce dont elles ont besoin. Ceci débute unprocessus qui prendra trois ou quatre ans. Mais mon espoir est que nous puissions commencer l’année prochaine. »

Avec cette déclaration, le Gyalwang Karmapa a annoncé son intention de veiller à ce que les nonnes aient d’abord reçu les vœux de novice appropriée et les voeux de « formation » de nonne, (les vœux de shikshamana), préalable nécessaire à l’ordination complète. Il est nécessaire pour les nonnes de tenir et de garder ces voeux de «formation» sans aucune violation pendant une période de temps prescrite avant l’ordination complète, habituellement deux années.

Après avoir fait cette déclaration en tibétain pendant les enseignements, la pièce, qui était remplie de nonnes, de moines et de laïcs, a éclaté en applaudissements spontanés. Le Gyalwang Karmapa s’est arrêté dans son discours pour laisser à son interprète anglais le temps de le traduire; après avoir entendu ses paroles pour une seconde fois, les auditrices et auditeurs ont éclaté en applaudissements nourris une nouvelle fois.

Traduction Bouddhisme au féminin